Menu

Jehanne Henin Traductrice littéraire

D’après une histoire vraie

, 20 août 2019

D'après une histoire vraie

D’après une histoire vraie
de Delphine de Vigan

La quatrième : 

« Ce livre est le récit de ma rencontre avec L. L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser. »

Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s’aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction. Ce livre est aussi une plongée au cœur d’une époque fascinée par le Vrai.

Ma chronique :

Il y a des livres qu’on referme avec plus de questions que de réponses. Des livres qui laissent une trace bien réelle, mais difficile à définir. Des livres troublants, déconcertants, voire dérangeants. Qu’on est pas sûr d’avoir compris, même après en avoir relu quatre ou cinq fois la fin. D’après une histoire vraie fait résolument partie de ceux-là.

Ce roman est le récit de la rencontre de Delphine avec L. Delphine achève la promotion de son dernier roman, qui n’a pas fait que des heureux parmi les membres de sa famille. (Petite parenthèse, car je me rends compte que je n’ai pas rédigé d’article pour Rien ne s’oppose à la nuit, où Delphine de Vigan raconte l’histoire de sa mère bipolaire. Si ce roman vous intéresse, vous trouverez de nombreux avis ici.) Décontenancée par des lettres anonymes qui l’accusent d’avoir jeté sa famille en pâture au public, Delphine essaie néanmoins de se remettre au travail. Échaudée par sa dernière expérience, elle souhaite cette fois se lancer dans un projet de fiction pure. C’est alors qu’elle rencontre L. lors d’une soirée chez des amis. L. est écrivaine autobiographe et semble partager de très nombreux points communs avec Delphine. Très vite, les deux jeunes femmes se lient d’amitié et deviennent inséparables. Mais Delphine, que l’inspiration semble avoir temporairement quitté, perd peu à peu confiance en elle et devient dépendante de cette amie qui prend de plus en plus de place dans sa vie.

À l’instar de Delphine, j’ai le syndrome de la page blanche au moment où j’entame cette chronique. Je ne sais pas quoi dire de ce roman. À quel point l’ai-je aimé ? Certaines choses m’ont-elles déçue ? Quand j’essaie de repenser à cette histoire et à l’impression qu’elle a laissé sur moi, mon esprit se pare d’un voile de brume. Après un début plutôt classique, j’ai dévoré la deuxième moitié du livre. La manière dont la relation entre les deux femmes évolue, jusqu’à son apothéose, m’a littéralement tenue en haleine. Oui mais voilà, il y a cette fin. Ce dénouement qui, en fait, n’en est pas vraiment un. Enfin, je crois… Peut-être que quelque chose m’a échappé. Peut-être qu’il n’y a tout simplement rien à comprendre. Je ne sais pas. Si vous avez lu D’après une histoire vraie ou si vous ma chronique vous donne envie de le lire (j’espère !), je serais curieuse de connaître votre ressenti.

Je pense que Delphine de Vigan a voulu prouver qu’il était possible d’écrire un roman en apparence autobiographique (elle utilise le nom de ses proches et de nombreux éléments bien réels de sa vie) à partir d’une histoire montée de toutes pièces. Peut-être a-t-elle ainsi voulu répondre à ceux qui lui reprochaient de ne pas avoir modifié suffisamment d’éléments dans Rien ne s’oppose à la nuit. Quel qu’ait été son objectif, le résultat est un coup de maître. Et me donne encore plus envie de lire ses autres romans. Parce que cette lecture m’a confirmé combien j’aime la plume de Delphine de Vigan. Combien j’aime son style, mais aussi l’intelligence de ses propos, la façon qu’elle a de provoquer la réflexion de manière subtile, sans en faire des tonnes.

Les infos :
Éditeur : JC Lattès
Genre : Littérature française
Date de parution : 26-08-2015
Pays d’origine : France
Nombre de pages : 477

L’autrice :
Delphine de Vigan est romancière. Elle est notamment l’auteur de No et moi, Prix des Libraires 2008, adapté au cinéma par Zabou Breitman, des Heures souterraines (2009), adapté pour Arte par Philippe Harel, et de Rien ne s’oppose à la nuit (2011), Prix Fnac, Grand prix des lectrices de Elle et Prix Renaudot des lycéens. Ses livres sont traduits dans le monde entier.

Voir les derniers articles

Laissez votre commentaire

Vous aimerez également…