Menu

Jehanne Henin Traductrice littéraire

Ma vie, mon ex et autres calamités

, 31 janvier 2018

Chronique

Ma vie, mon ex et autres calamités
De Marie Vareille

La quatrième : 

Juliette a un amoureux, un job, un appartement et trente-et-une paires de chaussures. Mais toutes les bonnes choses ont une fin  : du jour au lendemain, elle se retrouve célibataire, chômeuse et sans logement  ! Elle déprime pendant des jours devant Gossip Girl en engloutissant des kilos de Chococookies.

Jusqu’à ce qu’une série de quiproquos rocambolesques la contraigne à affronter sa plus grande terreur, l’avion, et à s’envoler pour les Maldives à la poursuite de son ex et de sa mystérieuse nouvelle copine.

Évidemment, là non plus, les choses ne tournent pas comme Juliette l’avait imaginé. Elle rencontre notamment un jeune homme, certes très beau, mais aussi très désagréable…

Ma chronique :

Vu la très bonne impression que m’avait laissée la lecture de Je peux très bien me passer de toi, il n’avait pas fallu longtemps pour que je commande le premier roman de son auteure, Marie Vareille, qui est d’ailleurs également blogueuse à ses heures.

Du jour au lendemain, Juliette voit sa vie s’écrouler. Comme si cela ne suffisait pas de se faire licencier pour une stupide erreur d’inattention, voilà que son petit ami Nicolas lui annonce son souhait de rompre. Juliette se retrouve seule, sans boulot et dans l’incapacité de payer son loyer. Heureusement, elle peut compter sur ses deux amies, Caroline et Fiona, pour l’épauler. Par dessus le marché, elle soupçonne que la décision de Nicolas ne soit pas sans lien avec cette pimbêche de Chloé. C’est d’ailleurs afin d’en avoir le coeur net qu’elle suit son ex jusque dans une agence de voyage, puis jusqu’aux Maldives. Des vacances impromptues qui amèneront leur lot de surprises, bonnes et mauvaises.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Juliette qui, avec ses peurs, des doutes et ses manies, a tout de la parfaite anti-héroïne. Marie Vareille a un don certain pour créer des personnages réalistes et attachants. Mais sa spécialité, c’est de leur faire vivre des situations complètement loufoques dont elle seule à le secret. Sa manière de décrire les péripéties malheureuses de ses personnages est tout simplement hilarante. Lire un roman de Marie Vareille, c’est comme un anti-dépresseur, en plus efficace. Comme dans « Je peux très bien me passer de toi », le dénouement final n’a rien d’une surprise. Cela dit, si vous voulez du suspense, vous aurez sans doute plutôt opté pour un thriller. En revanche, si vous voulez passer un bon moment de détente et de rigolade avec une romance moderne, sans guimauve dégoulinante et rempli d’humour, ce livre est fait pour vous !

Les infos :

Éditeur : City Poche
Genre : Chick-lit française
Date de parution : 14-06-2017
Pays d’origine : France
Nombre de pages : 320

L’auteure :

Marie Vareille est romancière et blogueuse à Paris. Depuis toujours, ses deux grandes passions sont les livres et les voyages. Elle a notamment parcouru l’Asie, l’Amérique Centrale et l’Amérique du Sud en sac à dos. Fan de chick-lit et de comédies romantiques, elle partage ses coups de coeur littéraires sur son blog Marie lit en pyjama.

Produits disponibles sur Amazon.fr

Voir les derniers articles

Commentaires

Avatar de Céline Hauwel
Céline Hauwel
11 février 2018

Alors là, bon, j’ai peur de la guimauve dégoulinante justement.
Je ne suis pas tentée même si je reconnais que lire, c’est aussi se laisser aller au divertissement le plus léger.
Ça fait du bien aussi.
Je crois que c’est le sujet qu ne me seduit pas et ne m’a jamais séduite. Je suis sans doute un peu trop puriste des histoires d’amour. Pour moi, elles doivent se rencontrer avec tout le romantisme nécessaire au sens le plus strict (souffrance, douleur, profondeur,...).
Mais merci pour ton partage. C’est toujours un plaisir de te lire.

Laissez votre commentaire

Vous aimerez également…