Menu

Jehanne Henin Traductrice littéraire

Black-Out – Demain il sera trop tard

, 19 janvier 2018

Black Out

Chronique

Black Out Demain il sera trop tard
[Blackout – Morgen ist es zu spät]
De Marc Elsberg
Traduit de l’allemand par Pierre Malherbet

La quatrième :

Par une froide soirée d’hiver, le réseau électrique européen commence à lâcher. De nombreux pays s’enfoncent dans l’obscurité et plusieurs centrales nucléaires mettent en danger la vie de millions d’êtres humains. Menace terroriste ou défaillance technique ? Piero Manzano, ex-hacker italien, croit savoir qui est responsable. Avec l’aide d’un policier français d’Europol, François Bollard, Manzano s’engage dans une véritable course contre la montre face à un adversaire aussi rusé qu’invisible.

Ma chronique :

L’Europe se retrouve inexplicablement confrontée à une panne d’électricité quasi-générale, avec toutes les répercussions que cela implique sur la vie quotidienne des populations. S’ensuit une enquête aux quatre coins de l’Europe visant à trouver les causes de ce black-out et, surtout, les raisons qui empêchent la remise en route du système, alors que la vie des gens devient de plus en plus  difficile. En effet, sans électricité, plus de moyens de communication, plus d’essence, plus d’eau, plus d’approvisionnement en nourriture, plus aucun des services que nous tenons aujourd’hui pour acquis. Si, dans un premier temps, la solidarité est de mise, le chaos ne tarde pas à arriver une fois les réserves de nourriture épuisées.

Le lecteur suit l’évolution de la situation à travers les yeux de plusieurs personnages : l’équipe qui mène l’enquête depuis La Haye, siège d’Europol, les employés des opérateurs du réseau, à Berlin et dans d’autres villes européennes, mais aussi des personnes ordinaires, celles qui subissent la situation, exposées tantôt au danger du nucléaire, tantôt à celui des hommes livrés à eux-mêmes. Le pitch qui, au départ, semblait complètement surréaliste devient peu à peu beaucoup plus plausible. En effet, les explications techniques sont nombreuses, mais loin d’être ennuyeuses, elles contribuent à rendre le tout plus crédible. On voit que Marc Elsberg a fait des recherches approfondies et on en vient à se demander si ce qu’il nous raconte ne pourrait pas réellement arriver. Ce roman permet aussi de se rendre compte de la place qu’occupe l’électricité dans notre vie, elle qui nous accompagne dans tous nos gestes quotidiens sans même que nous ne nous en rendions compte.

J’ai trouvé l’histoire plutôt palpitante et j’ai lu le livre avec avidité tout le long. Le fait de passer sans cesse d’une ville à l’autre et d’un personnage à l’autre contribue au côté haletant du roman. Personnellement, j’ai quand même eu un petit goût de trop peu à la fin, dans le sens où j’aurais voulu que la situation soit plus grave encore, qu’il y ait plus de catastrophes, plus de morts. Autrement dit, que l’auteur aille plus loin dans le coté « apocalyptique ». Mais c’est sans doute très personnel et, en dehors de cette petite déception en refermant le livre, j’ai quand même passé un très très bon moment de lecture.

Les infos :

Éditeur : Le livre de Poche
Genre : Thriller
Date de parution : 23-03-2016
Pays d’origine : Autriche
Nombre de pages : 552

L’auteur :
Marc Elsberg est né en 1967 à Vienne. Depuis la publication en 2012 de Black-out, véritable phénomène éditorial en Allemagne, il est régulièrement invité par tous les médias nationaux allemands pour son expertise scientifique et technique sur les menaces que font peser sur notre société les progrès de l’hyper-connectivité. Son second roman, Zero  Ils savent ce que vous faites, est sorti en France en mars 2016.

Le traducteur :
Pierre Malherbet est titulaire d’une Licence lettres modernes à l’Université de Savoie (2004) et d’un diplôme à l’École de traduction littéraire du Centre national du livre et de l’Asfored (ETL) (2013-2015). Traducteur de l’allemand, il traduit aussi bien de la littérature contemporaine que des textes plus classiques, de la littérature jeunesse et des ouvrages de typographie et de design. Il est chargé d’activité éditoriale du Centre Pompidou depuis 2011.

Produits disponibles sur Amazon.fr

Voir les derniers articles

Commentaires

Avatar de Céline Hauwel
Céline Hauwel
26 janvier 2018

Ta chronique a réussi à attiser ma curiosité. Je prend bonne note de ce titre ! Merci ;-)
PS: Tres sympa le paragraphe sur le traducteur ;-)

Réponses

Avatar de Jehanne Henin
Jehanne Henin
26 janvier 2018

Merci Céline ! J'espère que tu me diras ce que tu en auras pensé si tu le lis ;-)

Laissez votre commentaire

Vous aimerez également…