Menu

Jehanne Henin Traductrice littéraire

Inséparables

, 1 juin 2017

Inséparables
Inséparables

[One]
De Sarah Crossan
Traduit de l’anglais par Clémentine Beauvais

Grace et Tippi. Tippi et Grace.
Deux sœurs siamoises, deux ados inséparables, entrent au lycée pour la première fois…

Elle me dit : « On peut aller au lycée,
et avoir un boulot,
et conduire une voiture et nager et partir en rando.
Tu sais que je te suivrai
n’importe où, Gracie.
Tout ce que tu veux,
dis-le moi,
et on le fera.
On peut tout faire,
OK ? »
Je lui réponds : « OK »
« Mais ce qu’on ne pourra jamais,
jamais faire,
c’est tomber amoureuses.
C’est clair ? »

Ma chronique :

Je tiens pour commencer à remercier Babelio, qui m’a proposé de chroniquer ce livre, ainsi que les éditions Rageot qui me l’ont gentiment offert.

Dès l’ouverture de l’enveloppe, plusieurs sentiments s’entrechoquent en moi. L’émerveillement d’abord. La couverture est sublime, dans des tons pastel et une matière un peu duveteuse. Puis la jubilation. La traductrice, Clémentine Beauvais, est largement mise en avant – principalement grâce à sa notoriété en tant qu’auteure, mais pour une fois que le nom du traducteur n’est pas passé sous silence, on ne va pas s’en plaindre… Vient ensuite une petite crainte. L’épaisseur du livre est impressionnante. Heureusement, la lecture rapide de quelques extraits suffit à m’apaiser : le texte est aéré, les chapitres ne dépassent pas une ou deux pages et la mise en forme visuelle rappelle celle d’un recueil de poèmes.

Sarah Crossan nous emmène donc à la rencontre de Grace et Tippi, deux sœurs siamoises de 16 ans, reliées de l’abdomen aux pieds, mais aux caractères diamétralement opposés. Alors que Grace est calme et réservée, Tippi est plus délurée et impulsive. Elles partagent néanmoins un même humour décapant, une incroyable philosophie de vie et un amour inconditionnel l’une envers l’autre. Loin des caricatures habituelles, les deux sœurs sont présentées comme des jeunes filles d’une grande beauté. Lorsque leur père est licencié, elles qui avaient toujours été scolarisées à domicile se voient obligées d’aller au lycée, où elles se retrouvent exposées aux moqueries et aux regards curieux. Mais contre toute attente, elles ne tardent pas à se faire de nouveaux amis, Jon et Yasmeen.

Nous suivons donc les aventures des deux sœurs et de leur famille, racontées par Grace. Le texte est écrit à la manière d’un journal intime, si ce n’est que les différentes sections sont précédées d’un titre et non d’une date. Tout le récit est rédigé en vers libres, ce qui est assez déroutant au début. Mais petit à petit, on s’habitue et on rentre dans le rythme de la narration. Finalement, ces césures qui me perturbaient au départ permettent presque d’entendre la voix de Grace, sa respiration, ses changements d’intonations… J’en profite d’ailleurs pour saluer le travail de Clémentine Beauvais, qui n’a pas dû être de tout repos. Par curiosité, j’ai comparé sa traduction avec les premières pages de la version anglaise et je dois dire que Clémentine a remarquablement su respecter la musicalité du texte tel qu’il avait été écrit par Sarah Crossan.

L’histoire m’a également beaucoup surprise. En lisant la quatrième de couverture, je m’attendais bêtement à découvrir une romance pour ado, simplement d’un genre un peu particulier. J’imaginais les difficultés à vivre une vie amoureuse sans intimité possible, peut-être une rivalité ou une jalousie entre sœurs, ce genre de péripéties. Mais loin de ces clichés, Sarah Crossan nous emmène dans une histoire grave, parfois sombre. Elle aborde les questions de la maladie, de l’« anormalité » et du regard des autres, bien entendu, mais également de l’alcoolisme, de l’anorexie et de la mort. Heureusement, le thème de l’amour est lui aussi omniprésent : le lien indéfectible qui lient les deux siamoises, l’affection que leur porte leur sœur cadette, les sentiments qui se développent entre Grace et Jon…

Je suis ravie d’avoir eu l’occasion de lire ce joli roman jeunesse, qui ne m’aurait probablement pas attiré au premier regard. Je le recommande chaudement à tous ceux qui aiment les belles histoires à l’issue incertaine, qui vous retournent et vous chamboulent. Je remercie encore Babelio et les éditions Rageot pour cette agréable découverte.

Les infos :

Éditeur : Rageot Éditeur
Genre : Jeunesse, Young Adult
Date de parution : 17-05-2017
Pays d’origine : Grande-Bretagne
Nombre de pages : 416
L’acheter sur Amazon

L’auteure :
Sarah Crossan a vécu à Dublin, Londres et New York et habite actuellement dans le Hertfordshire. Après une licence de philosophie et de lettres, elle a obtenu une qualification d’enseignante d’anglais et de théâtre à l’université de Cambridge, puis un master d’écriture créative. Depuis, elle travaille à la promotion de l’écriture créative dans les écoles.

La traductrice :
Clémentine Beauvais est née en 1989. Elle vit à Cambridge, au Royaume-Uni, où elle est enseignante-chercheuse en éducation et littérature anglaise à l’université de York. Elle a commencé à publier des livres pour la jeunesse en 2010. Son roman Les Petites reines a été élu Meilleur Livre Jeunesse 2015. Elle écrit pour tous les âges, des plus petits aux jeunes adultes.

Voir les derniers articles

Laissez votre commentaire

Vous aimerez également…