Menu

Jehanne Henin Traductrice littéraire

La rentrée n’aura pas lieu

, 19 avril 2017

La rentrée n'aura pas lieu
La rentrée n’aura pas lieu

Chronique

La rentrée n’aura pas lieu
De Stéphane Benhamou

La quatrième : 

Comme chaque année à la fin de l’été, Bison futé avait prévu des journées noires sur les routes. Mais aux péages, comme dans les gares et les aéroports, on ne vit personne revenir. Sans se concerter, sans obéir au moindre mot d’ordre, 11 millions d’Aoûtiens ne reprirent pas le chemin de la rentrée le dernier week-end d’août.
Observateurs et acteurs de la vie politique, économique et sociale furent aussi désemparés pour comprendre le phénomène que le gouvernement pour trouver des solutions à cette rentrée buissonnière. Les patrons menacèrent de licencier en masse, les banques de bloquer les comptes des « déserteurs » et, passé le mouvement de sympathie amusée des premiers jours, l’agacement puis la colère s’emparèrent de ceux qui étaient retournés au travail.
Objets de toutes les préoccupations, sujets des études les plus alarmantes et cibles des haines les plus féroces, les Aoûtiens découvraient un nouveau monde et une vie dont ils étaient privés jusqu’à cette rentrée qui n’avait pas eu lieu. Et ils ne demandaient chaque jour qu’un autre jour pour reprendre leur souffle.

Ma chronique :

J’attendais beaucoup de ce roman, dont le pitch m’avait plu d’emblée. Des millions de Français qui, sans se concerter, décident de prolonger leurs vacances et de ne pas rentrer, quelle merveilleuse idée de départ ! Déjà dans ma tête se formaient toutes sortes d’hypothèses sur la raison de cette rébellion. Et là, première déception : il semble qu’eux-mêmes ne savent pas ce qui leur arrive. Puis au fil des pages, on commence à pointer les coupables : le surmenage ; le mode de travail actuel, trop stressant et obnubilé par les performances ; les vilains patrons. Bien loin des rebelles que j’imaginais, les Aoûtiens sont présentés comme des victimes.

Et nous voilà donc sur les traces d’un fonctionnaire ennuyeux dont on ne sait rien, qui, missionné par son ministère, part à la rencontre de ces Aoûtiens qui ne veulent pas rentrer, on ne sait toujours pas trop pourquoi non plus. Pendant plus de 130 pages, il ne se passe rien. Je rappelle que le livre en fait 170.

Les personnages sont des caricatures superficielles, on ne sait rien d’eux. Sans parler des Aoûtiens, qui refusent purement et simplement de s’exprimer : ils ne veulent rien dire, rien expliquer. Non non, même pas à vous, chers lecteurs. Vous n’apprendrez rien à propos d’eux, de leur vie, de leurs pensées. Nada.

Plus qu’une histoire, donc, Stéphane Benhamou nous livre une critique satirique de la société d’aujourd’hui, du monde du travail, tout ça placé dans un contexte politique très actuel. En effet, le traitement réservé aux Aoûtiens dans leurs lieux de villégiature prolongée évoque clairement la question de l’accueil des réfugiés et de la montée des extrêmes. On y voit la société se diviser en deux camps : d’un côté, les Aoûtiens et ceux qui les soutiennent ; de l’autre, ceux qui voient en eux des déserteurs, des profiteurs indésirables, voire des ennemis de la France. Certains des protagonistes ne sont pas sans rappeler certains hommes ou femmes politiques actuellement en course pour l’élection présidentielle. On en sourit, parfois. Mais moi qui ne suis pas vraiment branchée politique (et encore moins politique française), ça m’a laissée sur ma faim. J’aurais voulu une raison plus extraordinaire expliquant le non-retour des vacanciers. J’aurais voulu des personnages plus profonds, plus attachants. Même la fin n’apporte pas de vraie réponse. Ou alors, je ne l’ai pas comprise.

Quoi qu’il en soit, la déception est à la hauteur des espoirs que j’avais placés dans ce livre. Cela étant, je sais que d’autres chroniqueurs et blogueurs l’ont beaucoup aimé, alors peut-être que je suis simplement passée à côté.

Les infos :

Éditeur : Don Quichotte éditions
Genre : Littérature française
Date de parution : 25-08-2016
Pays d’origine : France
Nombre de pages : 176

L’acheter sur Amazon

L’auteur :

Né en 1960, Stéphane Benhamou, titulaire d’une maîtrise de droit, suit des études d’histoire et de sciences économiques avant de monter à Paris. Auteur pour d’autres d’une vingtaine d’ouvrages et d’autant de films documentaires sous son propre nom, Stéphane Benhamou prend généralement ses vacances au mois d’août. « La rentrée n’aura pas lieu » est son premier roman.

Voir les derniers articles

Laissez votre commentaire

Vous aimerez également…