Menu

Jehanne Henin Traductrice littéraire

Calendar Girl Janvier

, 4 avril 2017

Calendar Girl Janvier
Calendar Girl Janvier

Chronique

[Calendar Girl January]
D’Audrey Carlan
Traduit de l’anglais par Robyn Stella Bligh

La quatrième : 

Mia vit avec son père et sa petite soeur à Las Vegas. Elle rêve de devenir comédienne. Depuis le départ de sa mère, son père s’est mis à boire et à jouer. Il emprunte un million de dollars qu’il perd et ne peut rembourser. Le prêteur sur gages l’envoie dans le coma. Mia doit assumer la dette de son père. Quelle solution va-t-elle trouver ?
12 MOIS – 12 HOMMES – 12 VILLES
Mia réussira-t-elle son incroyable pari ?

Ma chronique :

Je ne suis pas du tout fan de romance érotique. Jusque là, je n’avais lu que les fameuses 50 nuances, que j’avais tout simplement détestées. Ce qui m’a d’abord intéressé dans Calendar Girl, c’était ce concept un peu original qui consiste à publier un tome chaque mois. Cette idée de partager la même lecture au même moment avec des milliers de femmes éparpillées un peu partout dans le monde, c’est vraiment ça qui m’avait attirée au départ. Et c’est ce qui rend d’autant plus incompréhensible le fait que j’ai finalement attendu le mois de mars pour lire le tome de janvier…

J’ai néanmoins remarqué avec grand soulagement que je n’étais pas la seule à lire Calendar Girl en décalé ! Et même si cette chronique peut paraître totalement ana…chronique, peut-être qu’elle convaincra (ou au contraire, confortera) les derniers réticents à se lancer eux aussi à l’assaut de cette série.

Mais replaçons tout d’abord les choses dans leur contexte. Je ne pense pas spoiler qui que ce soit en dévoilant que la solution qu’a trouvé Mia pour gagner beaucoup d’argent assez rapidement pour sauver son père est de devenir escort girl de luxe pendant un an, avec un contrat différent chaque mois. Le premier tome (celui de janvier, donc) nous emmène à Malibu à la rencontre de Wes, un scénariste en vogue très courtisé… trop, en réalité, et c’est d’ailleurs ce qui l’amène à solliciter les services d’une escort. Je ne vous en dis pas plus, même si vous avez certainement déjà une idée de la suite. Il faut dire que Mia, elle est franchement sympa. Elle est drôle, elle est cool, elle a de la répartie… on aimerait bien l’avoir comme copine (ouais, parce que, bon, ça ferait mauvais genre d’avouer qu’on meurt d’envie d’être à sa place). Et puis Wes, ben il n’a pas l’air trop mal non plus. Et plutôt doué, d’après ce qu’en dit Mia.

Pour rappel, je venais tout juste de terminer Le Pont sur la Drina, qui était quand même une lecture assez ardue, et j’avais besoin d’une histoire légère et pas prise de tête. Alors l’avantage de Calendar Girl, c’est que c’est court : 154 pages pour une version brochée et c’est écrit plutôt grand. Il m’a fallu une heure ou deux pour le terminer, moi qui ne suis pas une grande rapide d’habitude. Et ça répondait très bien à mon envie de romances du moment. S’agissant des passages plus hot, c’est mieux écrit (ou en tout cas mieux traduit) que les péripéties de M. Grey et puis surtout, la relation des deux protagonistes s’appuie sur des bases beaucoup plus saines.

Bref, je prévois une commande groupée février-mars-avril pour rattraper mon retard. Qui me rejoint ?

Les infos :
Hugo Roman, collection New Romance
Genre : Romance érotique
Date de parution : 05/01/2017
Pays d’origine : États-Unis
Nombre de pages : 154
L’acheter sur Amazon.fr

L’auteur :
Audrey Carlan vit en Californie avec l’amour de sa vie et leurs deux enfants. Écrire est pour elle une absolue nécessité. Quand elle n’est pas en train d’écrire ou discuter sur les réseaux sociaux avec ses lectrices à travers le monde, Audrey aime faire du yoga, et bien sûr se plonger dans un bon livre !

Calendar Girl est né du besoin de créer un personnage auquel les femmes d’aujourd’hui peuvent s’identifier : une femme volontaire, drôle, et sensuelle. Cette série phénomène a instantanément rencontré son public dans le monde entier, en entrant notamment dans les listes des meilleures ventes du New York Times la première semaine de sa sortie.

La traductrice :
Diplômée de l’ESIT en 2014, Robyn Stella Bligh est traductrice littéraire depuis 2014. Habituée de la romance sexy, elle maîtrise aussi parfaitement l’art des séries. C’est elle qui a traduit des sagas telles que Fixed on You de Laurelin Paige, Slow Burn de Maya Banks, ou encore Sexy Lawyers et Love Game d’Emma Chase, tous parus chez Hugo Roman.

Voir les derniers articles

Laissez votre commentaire

Vous aimerez également…